Le 11 novembre 2014, en clôture du « Festival saint Martin, festival du partage », Mgr Aubertin, archevêque de Tours, a rappelé que le message de Martin est un message de fraternité pour chaque homme, aujourd’hui. Voici son homélie…

 

Bien chers frères et sœurs, chers amis,

Voici que je suis tout juste rentré de Lourdes où notre Eglise de France a vécu deux évènements importants : le premier et le plus long a été l’assemblée plénière des évêques de France : une semaine d’échanges, de partage, de prière où à la fois nous essayons de regarder ensemble telle ou telle réalité de la vie de notre société de France et où ensemble également nous partageons nous joies, nos soucis, nos engagements, les défis auxquels nous sommes confrontés. C’est ainsi que nous avons élargi notre regard au monde musulman : au Moyen et Proche Orient aux drames et aux enjeux de ce qui s’y vit mais également aux changements qui se font jour dans notre société française. Nous avons poursuivi notre réflexion sur la relation entre hommes et femmes dans la vie de nos Eglises diocésaines ainsi qu’aux initiatives prises en vue de l’éducation affective, relationnelle et sexuelle des jeunes. En groupes plus restreints, nous avons travaillé sur l’importance de la présence de l’Eglise dans les régions rurales mais aussi dans les quartiers dits populaires. Oui, la présence de l’Eglise est réelle, elle est attendue en raison de son impact social, par les espaces de parole qu’elle favorise, par les liens qu’elle permet de tisser… par la fraternité qu’elle permet de construire. Oui, fraternité, le mot est lâché… je vais y revenir dans quelques instants…

Notre rassemblement s’est enchainé avec celui des séminaristes de France que nous avions invités à nous rejoindre à Lourdes, pour un temps de pèlerinage, de partage, de communion. Oui nous avons vécu des temps de grâce.

Je vous ai parlé de Fraternité et j’y reviens… j’y reviens car je voudrais reprendre avec vous le message que le Pape François a adressé aux séminaristes. Avec la simplicité et style direct qui est le sien et auquel nous sommes maintenant habitués le Pape François résume son message en trois mots : Fraternité, Prière, Mission…

Ces trois mots ne sont pas seulement destinés à ceux qui ont répondu à l’appel du Christ à marcher à sa suite comme prêtres… ils s’adressent à nous tous baptisés… à nous tous qui par notre baptême et notre confirmation sommes, missionnés appelés à témoigner de l’Evangile non seulement par notre discours mais surtout par toute notre vie.

Et en ce jour où nous célébrons celui qui fût l’apôtre, non seulement de notre diocèse mais un modèle d’apôtre pour l’Eglise universelle au point que la tradition la plus ancienne l’appelle « l‘égal aux apôtres ou le 13e apôtre », ces trois mots résonnent comme un appel qui s’adresse à chacun de nous.

Le Livre des Actes des Apôtres nous dit que les disciples n’avaient qu’un seul cœur et qu’une seule âme. En prenant chair de notre chair, en se faisant l’un de nous, en donnant sa vie pour nous, le Christ a fait de nous ses frères et ses sœurs… il a voulu que le monde soit vraiment fraternel… il a voulu que l’Eglise, l’Eglise dont il est la tête soit le signe de cette fraternité… une fraternité qui nous ouvre, une fraternité qui dans l’unité rassemble toutes les diversités… une fraternité qui fait que l’Eglise soit l’Eglise de tous…   Martin, encore catéchumène, aux portes d’Amiens a su se faire proche, Martin a su se laisser toucher par la misère, la pauvreté, le dénuement il a vécu en vérité l’enseignement du chapitre 25 de l’évangile de Matthieu : « J’étais nu et tu m’a vêtu, j’avais faim, tu m’as donné à manger, j’étais malade, en prison et tu m’as visité… »

Ce message est de tous les temps, je l’ai repris dans les Orientations diocésaines en 2009, il nous a habité durant toute la démarche de Diaconia… il est au cœur de ce que nous voulons vivre avec la Fraternité saint Martin… Cette fraternité saint Martin n’est pas un club fermé, elle veut être signe du souci que nous portons tous d’une Eglise où chacun trouve sa place, où chacun est à l’écoute de l’autre, où chacun peut se ressourcer, où chacun peut partager la Parole de Dieu… où chacun peut laisser grandir sa foi au contact de l’autre… Oui, Martin a encore quelque chose à dire… son message est une lumière pour nous tous…

Notre fraternité se construit dans la Prière, prière faite d’écoute écoute de la Parole de Dieu, écoute de la vie, lecture de la Parole à la lumière de celui qui est notre Vie, lecture de la Parole au cœur de notre vie de tous les jours avec ses joies ses peines, ses angoisses et ses espérances.

Fraternité, Prière… Mission…

La vie de Martin est une sortie de tous les jours… Sulpice Sévère témoigne du souci de Martin de se faire proche, proche du Christ au cœur de la prière, proche du Christ présent dans les autres. Martin n’a cessé d’aller aux périphéries, comme le dit le pape François… Martin va rejoindre les hommes et les femmes de son temps pour leur annoncer Jésus Christ… il n’a pas peur de quitter la cité pour aller dans les campagnes d’aller aux marches de son diocèse… il annonce Jésus-Christ jusqu’à l’extrême de ses forces…

bna_11_11_2014_facebook

Frères et Sœurs, nous nous préparons à célébrer une année jubilaire une année plus que bissextile puisqu’elle doit  s’ouvrir le 11 novembre 2015 et se terminer début juillet 2017 avec l’anniversaire de l’ordination épiscopale de Martin. Que ces trois mots : Fraternité, prière, mission… habitent notre cœur, habitent notre vie… Qu’ils nous aident à accueillir dans nos vies le message toujours nouveau de l’Evangile pour que nous vivions en artisans de fraternité, nourris par la prière en apôtres de Jésus Christ à la suite de Martin.

Bernard-Nicolas AUBERTIN,

archevêque de Tours, le 11 novembre 2014, à la cathédrale Saint-Gatien

Translate »